L’Architecte d’intérieur & designer conçoit nos espaces de vie pour aujourd’hui et pour demain.

Flèche pour faire apparaître le contenu

La Propriété, 2017

Cinq grands axes seront explorés :  propriétés des matières, propriété des moyens de production, propriété intellectuelle, de la propriété à l’usage, appropriation et création. Deux journées fertiles et joyeuses lors desquelles, enseignants, chercheurs, étudiants, designers, architectes, philosophes, artistes … agiront et se rencontreront autour de concepts, de savoirs et de regards sur nos espaces de vie, de l’objet à la ville.

Cinq thématiques autour de la Propriété

la Propriété.

Cinq grands axes sont explorés :  propriétés des matières, propriété des moyens de production, propriété intellectuelle, de la propriété à l’usage, appropriation et création. Deux journées fertiles et joyeuses lors desquelles, enseignants, chercheurs, étudiants, designers, architectes, philosophes, artistes … agiront et se rencontreront autour de concepts, de savoirs et de regards sur nos espaces de vie, de l’objet à la ville.

Propriétés des matières

Il semble évident qu’un projet de design ou d’architecture d’intérieur ne peut se réaliser sans matière. Si l’on commence à considérer les matières sous l’angle de leurs propriétés, en allant jusqu’à prendre en compte les récentes découvertes scientifiques sur ce qui constitue notre univers, on ouvre un champ d’imaginaire vertigineux pour le projet qui dépasse largement l’évidence des perceptions a priori. Il semble aussi approprié aujourd’hui d’envisager le projet non plus seulement comme un couple matière-forme, mais dans une équation à quatre termes: information, matière, forme, énergie.

Propriété de moyens de production

Dans le contexte contemporain de tensions économiques, nombreux sont les contextes où se pose la question de développer de nouvelles stratégies de projet. Le créateur cherche à devenir aussi producteur sans dépendre d’un accès à des moyens sur lesquels il n’a pas tout contrôle. De nouveaux territoires de projet peuvent s’ouvrir par l’appropriation ou l’invention de moyens de dessiner, de fabriquer, de produire et de diffuser. Ces moyens peuvent s’appuyer sur un accès à des technologies récentes ou aussi constituer une manière de se réapproprier et de réinventer des savoirs du passé.

Propriété intellectuelle

Nos sociétés hyperindustrielles développé depuis les années 80 un arsenal d’outils juridiques qui ne cesse d’étendre le domaine de la propriété intellectuelle, en ce qu’elle permet d’exploiter des idées techniques déposées sous la forme de brevets, ou d’autres créations de l’esprit. Certains médicaments, semences ou agencements du vivant deviennent aussi sujets à ces protections. Mais ces protections peuvent être dénoncées comme des verrous qui restreignent l’accès libre à la connaissance envisagée comme un commun devant rester partagé. Le domaine de la propriété des idées peut donc aussi devenir un espace de critique et d’invention pour le projet. De nouveaux rapports à l’utilisation et à l’exploitation peuvent s’inventer, en interrogeant les rapports de force entre propriétaires et usagers non-propriétaires.

 De la propriété à l’usage

La question de la propriété des territoires, des biens, et des moyens de production a structuré l’histoire de nos régimes politiques. Les régimes communistes se sont fondés sur un déplacement de la propriété privée vers un appareil d’Etat où elle se centralise. Dans les régimes ultralibéraux contemporains, la propriété privée se concentre aussi d’une autre manière, hors de l’Etat mais le plus souvent en lien avec lui, sous la forme d’une globalisation financiarisée. Face à cette concentration de la privatisation des biens et des services, face à l’enclosure des communs mené par les grands groupes industriels, les citoyens tendent à devenir des usagers temporaires, non propriétaires, d’objets, d’espaces et de services. Cette situation n’est pas dans tous les cas synonyme de bien commun, de liberté et de réappropriation: il se peut que la propriété se concentre, et que les pouvoirs de décision se centralisent. Dans d’autres situations, elle les droits de propriété et d’usage sont redistribués et l’usager est souverain, et libre de décision. Déjà Proudhon avait envisagé une évolution de la propriété vers un mode qu’il nommait possession, qui inventant de formes locales de gestion en commun. Une telle approche pourrait inspirer aux projets d’architecture et de design contemporains de nouvelles pratiques de création et d’usage des espaces et des objets produits ou investis.

Appropriation et création

Il semble difficile d’imaginer une création artistique qui ne se nourrisse pas du passé pour envisager le présent et l’avenir. Le pastiche a été longtemps dans la tradition picturale un exercice de formation auquel se sont adonnés aussi les grands maîtres. Plus proche de nous, la pratique de l’échantillonnage musical, ou la musique concrète qui prélève dans le quotidien des matières sonores à réagencer, ont des résonances aussi dans d’autres champs de la création. La manière dont le projet peut s’approprier des éléments préexistants, en les citant ou les transformant, pose un large champ de questions dans la pratique du projet, d’ordre technique, juridique, économique, symbolique.

 

Voir la bibliographie en lien avec la thématique

#ecolecamondo

#lechaudron

#lapropriété

Lundi 4 septembre 2017

9h30  Introduction par René-Jacques Mayer  (Directeur de l’école Camondo) et Vincent Tordjman (Designer et enseignant)

 

10h15 « Aux origines du libéralisme et de ses critiques : réflexion sur la propriété » conférence inaugurale par Céline Spector, (Philosophe).

Les deux interventions sont retransmises en live dans toute l’école (étage 4, étage 2, étage1)

 

11h15  Meet the speakers, rencontre à la Passerelle

 

11H30 Privatisation de la couleur, conférence par Frédéric Rossi-Liegibel (Enseignant) avec Catherine Breitner (Ratp)

 

11h30 Propriété, copropriété, petite histoire du logement collectif en France conférence par Alexis Markovics, (Historien de l’architecture)

 

11h30 Explorer des mondes: propriétés, formes et informations, conférence par Nicolas Darrot, (Artiste) et Olivier Dadoun, (Physicien).

 

12h30-14h Pause déjeuner

 

14h  Many Ghosts & More Shells, conférence par Alexandra Midal (Historienne du design)

 

14h Volere-Avere, conférence par Martine Bedin (Designer)

 

14h Déjouer les propriétés, conférence par Sylvain Dubuisson (Designer) et Vincent Tordjman (Designer)

 

15h Meet the speakers, rencontre à la Passerelle

 

15h30 Temps et Propriété des projets, table ronde avec Béatrice Grondin (Historienne), Marie-Christine Dorner (Designer) et Evangelos Vasileou, (Designer)

 

15h30 S’approprier la construction, table ronde avec Caroline Ziegler et Pierre Brichet (Designers), Marie Zawistowski et Keith Zawistowski (On Site Architecture)

 

15h30 L’Avenir de la Propriété, Dialogue avec Bernard Roth (AMO, Fondation Palladio) et Isabelle Moulin (Europan)

Mardi 5 septembre 2017

10h15 Les Communs, conférence par Hervé Le Crosnier et Paul Marchesseau du collectif  Dant.

 

10h15 Propriété et Street art, conférence par Michèle Mergui (Avocate)

 

10h15 Nouveaux lieux de travail, conférence/dialogue par Julien Eymeri (Quartier libre) et Clément Berardi (Quartier Libre)

 

11H15 Meet the speakers, rencontre à la Passerelle

 

11h30 Bricolage et réappropriation : l’expérience cubaine, conférence par Grégory Marion (Docteur en esthétique)

 

11H30 Architecture de pouvoir : propriétés, réseaux et machines, conférence par Nicolas Moulin (Artiste)

 

11H30 conférence par Alain Bublex (Artiste)

 

12h30-14h Pause déjeuner

 

14h La Propriété et les mutations de l’industrie immobilière, dialogue avec Sandra Roumi et Gael Thomas (Revue Businessimmo), Aude Grant (SFL)

 

14h Villes productives? conférence par Isabelle Moulin (secrétaire générale concours Europan et Pablo Georgieff (Architecte, collectif Coloco)

 

14h Théorie du praticable, l’histoire comme géographie conférence par Agnès Thurnauer (Artiste)

 

15h Meet the speakers, rencontre à la Passerelle

 

15h30 Musique éléctronique, sampling, mix et remix : de l’appropriation des sons à l’appropriation des espaces conférence en sons et en images par Jean-Yves Leloup (journaliste, musicien)

 

15h30 Propriétés temporaires, table ronde par Patrick Rubin (Architecte), Anne-Marie Fèvre (Journaliste) et Arthur Poiret (Architecte, atelier Georges)

 

15h30 Six Présentation de mémoires de fin d’étude par 6 alumni : Margaux Botton – Collectionner; Sacha Gascuel – Désuétude; Amélie Demay -Objet unique; Laure Gravier – Habiter l’art? – Billy Poitevin – Fais comme chez toi; Philippine Gallet de Saint Aurin – l’enseignement de l’informel.

 

17h30 Circuit Bending,  conférence/performance par Valkiri (Artiste).

Orientation non prise en charge

Pour une meilleure expérience,
veuillez tourner votre appareil en mode portrait.